commande


commande

commande [ kɔmɑ̃d ] n. f.
• 1213 « protection, dépôt »; de commander
1(1625) Ordre par lequel un client, consommateur ou commerçant, demande une marchandise ou un service à fournir dans un délai déterminé ( achat, ordre) . Faire, passer une commande au fournisseur, à un commerçant. Le garçon de restaurant prend la commande des clients. Livre, carnet de commandes. Bon de commande. Travail fait, exécuté sur commande. « Il n'écrira pas sur commande » (Suarès). « poètes et artistes ont vécu à la cour des rois, exécutant leurs commandes et recevant leurs pensions » (Caillois). Marchandise payable à la commande. La marchandise, le travail commandé. Nous avons reçu votre commande. Livrer une commande. Ouvrage de commande, exécuté spécialement pour la personne qui l'a commandé.
2Loc. adj. DE COMMANDE.Vx Imposé, obligatoire. Mod. Qui n'est pas sincère. affecté, artificiel, feint, simulé. Rire, sourire de commande. Enthousiasme, zèle de commande.
3(fin XVe « câble ») Cordage, câble d'amarrage. (1861) Organe capable de déclencher, arrêter, régler des mécanismes. Commandes manuelles (bouton, clés, manettes), au pied (pédale). Commande des freins. Aviat. Commande de direction, de profondeur (cf. Manche à balai). Avion à double commande. Prendre les commandes; être aux commandes. Fig. Tenir les commandes : diriger, avoir en main une affaire (cf. Tenir le gouvernail, les rênes, la queue de la poêle). — Techn. Commande automatique, numérique.
4Techn. Déclenchement, réglage d'un mécanisme. La commande et la réponse. Commande à distance. radiocommande, télécommande. Appareil à commande vocale. Commande assistée. servocommande. Organe, câble de commande, qui peut commander (un mécanisme, etc.). Poste de commande.
Action d'un opérateur humain sur une machine. instruction.
⊗ HOM. Commende.

commande nom féminin Action de commander une marchandise, un travail, une œuvre, un repas ; la chose commandée : Votre commande sera livrée demain. Action d'agir sur un mécanisme : Levier de commande. Organe directeur permettant de déclencher ou d'arrêter un mécanisme : La commande des essuie-glaces est sur le tableau de bord. Cybernétique Action humaine ou automatique visant à modifier l'état d'un système en agissant sur une ou plusieurs grandeurs, dites grandeurs d'action, par l'intermédiaire d'organes appropriés, appelés actionneurs. Informatique Clef qui permet l'action externe d'un opérateur sur un calculateur. Instruction donnée à un ordinateur à l'aide du clavier ou de la souris afin d'exécuter une action précise. ● commande (expressions) nom féminin De commande, se dit d'un comportement contraint, imposé ou feint, non sincère. Être aux commandes, prendre les commandes, conduire, diriger un véhicule, un bateau, un avion. Littéraire. Être de commande, être obligatoire, indispensable. Prendre les (leviers de) commande(s), assumer la direction d'une affaire, d'une entreprise. Sur commande, sur ordre ou d'une manière feinte. Commandes croisées, position des commandes sollicitant l'avion dans deux directions de virage opposées. Commande de profondeur, de direction, organe de manœuvre des gouvernes de profondeur, de direction d'un avion. Double(-)commande, duplication de certains organes pour permettre à un moniteur d'intervenir lors de l'apprentissage du pilotage ou de la conduite. Commande centralisée des circulations, installation permettant de commander et de contrôler depuis un poste unique l'ensemble des aiguillages et des signaux d'une ligne. Commande centralisée des sous-stations, installation permettant de commander et de contrôler l'ensemble des sous-stations d'alimentation de traction électrique d'une ou de plusieurs lignes. Commande automatique, commande assurée sans intervention humaine. Commande à distance, synonyme de télécommande. Commande numérique, mode de commande dans lequel les valeurs désirées d'une variable commandée sont définies selon un code numérique. (La machine-outil constitue le principal domaine d'application de la commande numérique.) Contrat de commande, contrat synallagmatique par lequel un auteur s'engage à créer une œuvre et à la livrer ou à en concéder certains droits à un tiers qui s'engage, en contrepartie, à lui verser la rémunération convenue. Circuit de commande, circuit à bas niveau (basse tension ou basse pression) transmettant les instructions au circuit de puissance d'une machine. Commande automatique d'accord ou de fréquence (C.A.F.), dispositif qui règle automatiquement la fréquence de fonctionnement d'un récepteur radioélectrique sur la fréquence d'un signal incident. Commande automatique de gain (C.A.G.), dispositif de régulation qui assure un niveau peu variable du signal de sortie d'un récepteur radioélectrique malgré des variations importantes du niveau moyen du signal à l'entrée. ● commande (homonymes) nom féminin commende nom féminincommande (synonymes) nom féminin Informatique. Clef qui permet l'action externe d'un opérateur sur un calculateur.
Synonymes :
- contrôle
De commande
Synonymes :
- simulé
Contraires :
- sincère
- spontané
Cybernétique. Commande à distance
Synonymes :
- télécommande

commande
n. f.
d1./d Demande de marchandise devant être fournie à une date déterminée. Faire, passer (une) commande.
Marchandise commandée. Livrer une commande.
|| Ouvrage de commande, exécuté par un artiste à la demande d'un maître d'oeuvre.
|| Travail sur commande, à la commande, fait à la demande d'un client.
d2./d Fig. De commande: affecté, feint, simulé. Il manifestait un enthousiasme de commande.
d3./d TECH Mécanisme qui permet de provoquer la mise en marche, l'arrêt ou la manoeuvre d'un ou de plusieurs organes. Tenir les commandes.
Fig. Tenir les commandes d'une entreprise.
d4./d TECH Action de déclencher, d'arrêter et d'assurer le fonctionnement ou la conduite des organes ou des mécanismes d'un appareil.

COMMANDE, subst. fém.
I.— [Correspond à commander I]
A.— Loc. adv. ou adj. inv.
1. Sur commande. Sur l'ordre que donne quelqu'un :
1. Un malade que la psychiatrie traditionnelle classerait dans les cécités psychiques est incapable, les yeux fermés, d'exécuter des mouvements (...) qui ne s'adressent à aucune situation effective tels que de mouvoir sur commande les bras ou les jambes...
MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, 1945, p. 119.
P. ext. La mémoire sert à enregistrer des souvenirs (mémoire de fixation), à les reproduire sur commande (mémoire d'évocation) (H. CODET, Psychiatrie, 1926, p. 19) :
2. — (...) je te donne mon bonbon, prends-le, c'est pour toi.
Et, sournoisement, elle guigne le bon effet de sa générosité. N'est-ce pas d'exacte tradition? La vertu sur commande, au moment favorable : faire le bien pour la galerie!
FRAPIÉ, La Maternelle, 1904, p. 221.
Rem. Balzac emploie dans le même sens la loc. à commande :
3. Un paysan de la Bresse comprendra toujours qu'un écrivain n'ait pas le talent à commande et ne comprendra pas qu'on soit inexact en fait de matérialités, comme d'ignorer ce qu'on a ou ce qu'on n'a pas.
BALZAC, Correspondance, 1834, p. 540.
2. (Subst.) + de commande. (Subst.) qui est imposé, rendu obligatoire par quelque chose ou quelqu'un.
[L'obligation est extérieure à la pers. qui la subit] RELIG., vieilli. Fêtes, jeûnes de commande. Fêtes, jeûnes dont l'Église prescrit l'observation. Synon. fêtes, jeûnes d'observance.
P. ext. Il ne s'agit pas ici de cet optimisme de commande et du tout va bien officiel (MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 284) :
4. ... rien ne peut fausser davantage le caractère d'un enfant que de lui imposer un respect de commande pour des parents, dès que ceux-ci ne sont pas respectables.
GIDE, Geneviève, 1936, p. 1359.
[L'obligation vient de la pers. même qui la subit] Dans le domaine des sentiments. Dont on s'impose la simulation, que l'on affecte de ressentir sous la pression des circonstances, par calcul, sans naturel, etc. On sentait trop, derrière l'amabilité de commande, le besoin de domination que le sourire ne parvenait pas à farder (GIDE, Journal, 1943, p. 246). Je me mis à sourire, un peu piqué, d'un sourire de commande (GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 112).
SYNT. Aménité, cordialité, empressement, joie, enthousiasme, douceur, humilité, mansuétude, gravité, flegme, frivolité, inimitié, réprobation, moue, expression attristée, saluts de commande.
B.— HIST. DU DR. ECCL. [Le suj. désigne un ecclésiastique] Obtenir, posséder un bénéfice en commande. Être nommé dans un bénéfice avec jouissance de ses revenus pendant la durée de sa vie; l'obtenir en dépôt, en garde.
P. ext. Mais Messire veut que le dauphin (...) ait le royaume en commande (...) Ce mot de commande, usité en matières bénéficiales, signifiait dépôt (A. FRANCE, Vie de Jeanne d'Arc, 1908, p. 74).
Par fig. étymol. :
5. VIOLAINE. — Sachez ce que vous faites en me prenant pour femme!
Laissez-moi vous parler bien humblement, seigneur Jacques
Qui allez recevoir mon âme et mon corps en commande des mains de Dieu et de mon père qui les ont faits.
CLAUDEL, L'Annonce faite à Marie, version pour la scène, 1948, II, 3, p. 170.
II.— [Correspond à commander II]
A.— Au sing. [À propos d'un mécanisme]
1. Mise en action, en marche; transmission du mouvement; déclenchement, fonctionnement. Commande d'un appareil, d'un ascenseur, de l'éclairage.
Commande à distance (synon. télécommande). Commande à main, mécanique, pneumatique, hydraulique, électrique, magnétique, par moteur, automatique ou automatisée.
P. anal., NEUROLOGIE Elle [la rapidité] dépend aussi de la labilité ou facilité de variation du tonus nerveux de commande sous-corticale (MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 282).
2. (Subst.) + de commande. (Subst.) qui permet la mise en action.
SYNT. Dispositif, roue de commande du gouvernail; mécanisme, levier, clavier, câble, bouton, pédale de commande; dispositif de commande et de contrôle; manettes de commande des circuits.
B.— P. méton., souvent au plur. [Dans un mécanisme] Organe ou ensemble des organes de mise en marche, de fonctionnement et d'arrêt; organe ou ensemble des organes de transmission du mouvement, de manœuvre.
SYNT. Commande de direction, commandes des boîtes de vitesses; tableau de commandes, câbles de commandes; manier les commandes, se familiariser avec les commandes.
AÉRON. « Ah! j'ai eu peur... » Un coup de talon libère un câble. Commande coincée. Quoi? Sabotage? Non. Trois fois rien : un coup de talon rétablit le monde (SAINT-EXUPÉRY, Courrier Sud, 1928, p. 13). [De] l'installation des commandes (...) dépendent (...) pour moitié (...) les qualités de vol de l'avion (J. GUILLEMIN, Précis de constr., calcul et essai des avions et hydravions, 1929, p. 145).
SYNT. Commande de direction, de profondeur; commandes rigides; passer les commandes (au premier pilote); lâcher les commandes; commandes qui gèlent, qui n'obéissent plus; (avion) qui répond toujours aux commandes.
Avion à doubles commandes. Avion dont les organes de conduite (direction et stabilité) sont doubles pour permettre, dans le cas d'un appareil d'école, le pilotage simultané par le moniteur et l'élève; dans le cas d'un long-courrier, le relais du pilote et du co-pilote. Si je montais comme bombardier, je pourrais peut-être faire aussi un peu de double commande (MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 499).
Commandes croisées. Position respective du manche et du palonnier qui sollicite l'appareil dans deux directions opposées, avec risque de vrille ou de perte de contrôle. Croiser, conjuguer les commandes. Actionner simultanément le manche et le palonnier en dosant la manœuvre de telle sorte que l'appareil effectue un virage correct sans partir en vrille ou devenir incontrôlable. Détroyat engage le pied à fond et croise les commandes (R. CHAMBE, Enlevez les cales, 1935, p. 81).
MARINE
♦ Cordage de petit calibre fait d'un faisceau de deux ou trois fils de carets, provenant de vieux cordages, roulés à la main pour confectionner des amarrages grossiers. Les câbles, les cordes tendent leurs réseaux autour de la scène. On dirait un port; Fécamp (...) a moins de filins, de mâts de hune, de commandes et d'étais (MORAND, Rococo, 1933, p. 83).
Poste de commande. Poste surélevé où sont rassemblés et où se manœuvrent les principaux organes de direction du bâtiment.
P. anal., NEUROLOGIE :
6. Si nous savions voir à travers le corps (...), une poussée d'adrénaline ou quelque riche manœuvre des commandes cérébrales nous offrirait le même charme lisible que cette légère tension de l'orbiculaire qui suspend à ses lèvres le sourire de la Joconde.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 204.
C.— P. métaph. ou au fig.
1. [Correspond à II A] Direction, contrôle. Les maîtres, en tous pays, avaient perdu la commande des événements (GUÉHENNO, Journal d'un homme de 40 ans, 1934, p. 222). Elzélina avait eu un moment d'égarement, de perte des leviers de commande (A. ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 230).
Surtout dans le domaine de la pol. ou des affaires. S'emparer, disposer des leviers de commande (d'un pays, d'une entreprise). S'emparer, disposer des organes essentiels de gouvernement, avoir la haute main sur les affaires de l'État; s'emparer, disposer du poste-clef d'une entreprise, en détenir la haute direction :
7. Les crimes hitlériens (...) sont sans équivalent dans l'histoire parce que l'histoire ne rapporte aucun exemple qu'une doctrine de destruction aussi totale ait jamais pu s'emparer des leviers de commande d'une nation civilisée.
CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 229.
8. ... ceux-ci [les communistes] (...) exigeaient (...) l'un au moins des trois ministères qu'ils tenaient pour les principaux : Défense nationale, Intérieur, Affaires étrangères. (...) Si je venais à céder, les communistes, disposant d'un des leviers de commande essentiels de l'État, auraient, dans un moment de trouble, le moyen de s'imposer.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 275.
2. [Correspond à II B, aéron.] :
9. Ces mouvements répulsifs qui forment les conduites de la défense sont donc à double commande, (...) : ils ont dans des signaux perçus leur régulation externe et dans l'affect représentatif de la douleur leur régulation interne.
RICŒUR, Philos. de la volonté, 1949, p. 104.
Prendre les commandes (d'un pays, d'une entreprise). En prendre la direction, en assumer la marche, la gestion. S'emparer des commandes, se mettre aux commandes, tenir les commandes, passer les commandes à qqn. Un étranger sans vues, Necker, un coq sans cervelle qui tourne au clocher, La Fayette (...) tiennent les commandes (THIBAUDET, Hist. de la litt. fr. de 1789 à nos jours, 1936, p. 17).
3. [Correspond à II B, mar.] Surtout dans le domaine pol. Se ménager l'accès aux postes de commande. Pour ce qui concerne les personnalités ayant servi Vichy (...) : les hommes qui collaborent avec l'envahisseur à des postes de commande sont justiciables des conseils de guerre (DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1956, p. 375).
III.— Usuel [Correspond à commander III]
A.— Ordre par lequel une personne demande, en qualité de client, la fourniture d'une marchandise ou l'exécution d'un service dans des conditions déterminées notamment de prix et de temps. Une commande officielle lui fit entreprendre la Symphonie funèbre et triomphale (H. BERLIOZ, Souvenirs de voyages, 1869, p. 10). Une trentaine de centrales existantes, en construction ou en commande ferme, à achever avant 1966 (GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 263). Dans les cafés quand un garçon tarde à prendre la commande, Charles Schweitzer s'empourpre de colère patriotique (SARTRE, Les Mots, 1964, p. 26) :
10. ANTOINE. — (...) Passez cette commande tout de suite et qu'on la monte au 204 aussitôt que ce sera prêt. Il lui tend la fiche.
JULES. — Au 204?
ANTOINE. — Oui, avec deux couverts. Et qu'on se dépêche : c'est pressé.
BOURDET, Le Sexe faible, 1931, II, p. 392.
SYNT. Commande ferme, inconditionnelle, conditionnelle; commande pressée, urgente; commandes des clients, des consommateurs, de l'Administration, de l'État; importantes, innombrables, très fortes, grosses, maigres, nouvelles commandes. Exécution d'une commande; fiche, bons de commande; bloc, carnet de commandes; volume, augmentation, afflux des commandes; résiliation, annulation des commandes. Ventilation entre les commandes. Délais entre commandes et fournitures. Ouvriers sans travaux ni commandes; artistes sans commandes. Prendre, avoir, recevoir, satisfaire des commandes; passer des commandes à des entreprises; faire une commande à un fournisseur; inscrire une commande; demander confirmation d'une commande; centraliser les commandes; espacer, réduire, cesser ses commandes; faire l'objet de commandes; être en commande. Commande à renouveler.
P. méton. Marchandise ayant fait l'objet de la commande (cf. ex. 10). Préparation, livraison d'une commande; fourniture des commandes; livrer une commande, envoyer des commandes; commande qui est débitée.
B.— En partic., dans le domaine des productions artistiques, souvent péj. Travail sur commande, ouvrage de commande. Travail, ouvrage exécuté sur l'ordre exprès, sur la demande formelle d'un client. [C'est donc] du grand art, les Pères éternels à barbe blanche, les Brutus sur commande, les Vénus sur mesure, les turqueries peintes aux Batignolles, sous un jour froid? (HUYSMANS, L'Art mod., 1883, p. 9). Je n'ai jamais pu écrire une ligne sur commande. Je ne puis écrire que lorsque j'en ai envie (GREEN, Journal, 1948, p. 140) :
11. Il [Valéry] me répète que, depuis nombre d'années il n'a rien écrit que sur commande et que pressé par le besoin d'argent.
— C'est-à-dire que, depuis longtemps, tu n'as rien écrit pour ton plaisir?
GIDE, Journal, 1929, p. 949.
SYNT. Œuvres d'ennui et de commande, productions sur commande; mobilier fabriqué sur commande, toiles brossées sur commande; travailler sur commande, faire des articles sur commande.
P. ext. :
12. ... les feintes convictions de l'avocat, censé défendre une cause parce qu'il la croit juste, alors qu'il la défend parce que c'est son métier et que son métier est de plaider sur commande, soit le pour soit le contre.
JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 168.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. commende. Étymol. et Hist. 1. 1213 « dépôt, garde » (Faits des Romains, 571, 21 cité par L. F. Flutre ds Romania, t. 65, p. 485) — XVIe s. ds HUG.; 2. 1494 technol. « câble qui sert à maintenir le bateau sur son ancre ou attaché à un pieu » (Dép. faites pour le curage de la Loire, Mantellier, March. freq. II, 427 ds GDF.); 1861 (J. ARMENGAUD, Traité des moteurs à vapeur, t. 1, p. 328 : le tiroir de distribution, la pompe alimentaire et leurs mecanismes de commande); 3. 1680 « commission donnée à un artisan, à un marchand, de lui fournir une marchandise » (RICH.); 4. 1671 de commande (LA FONTAINE, Clymène, 478, éd. Regnier, 7, p. 173). Déverbal de commander. Fréq. abs. littér. : 692. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 732, b) 690; XXe s. : a) 975, b) 1 361. Bbg. BÉDARD (A.), MARQUIS (M.). Le Tableau de bord de l'automob. Meta. 1970, t. 15, n° 4, pp. 233-234. — MAILLOT (J.). Terminol. et trad. Meta. 1971, t. 16, n° 1/2, p. 79.

commande [kɔmɑ̃d] n. f.
ÉTYM. 1213, « protection, dépôt »; déverbal de commander.
———
I (De commander, I., A. et B.).
1 (1625). Ordre par lequel un client, consommateur ou commerçant, demande une marchandise ou un service à fournir dans un délai déterminé ( Achat, ordre). || Faire, passer une commande au fournisseur, à un artisan, à un commerçant. || Recevoir, accepter, refuser une commande. || Le garçon de restaurant prend les commandes des clients, des consommateurs.Livre, carnet de commandes. || Bon de commande.Travail fait, exécuté sur commande, sur demande de l'acheteur (→ ci-dessous, 2.). || Marchandise payable à la commande.
1 (…) des commandes de cartes de visite, qu'elle ramassait dans sa clientèle, et qu'elle faisait exécuter dans la maison où je travaillais.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, V, p. 51.
2 Il (le serveur) prenait parfois cinquante commandes, au vol, disparaissait dans les profondeurs odorantes de la gargote (…)
G. Duhamel, Inventaire de l'abîme, V, p. 65.
2.1 Un gracieux serviteur porte la carte, part sans attendre la commande. Ce n'est qu'au maître (d'hôtel), signalé par son frac noir, évidemment, qu'il appartient d'enregistrer les faims et les désirs.
A. Pieyre de Mandiargues, la Marge, p. 146-147.
La marchandise, le travail commandé. || Nous avons bien reçu notre commande. || Livrer une commande.
Ouvrage de commande, exécuté spécialement pour une personne qui en a donné l'ordre, qui en a fait la demande.
3 (…) j'ai ajouté à ces tableaux, qui étaient de commande (dans son discours à l'Académie), les louanges de chacun des hommes illustres qui composent l'Académie française (…)
La Bruyère, Disc. à l'Acad., Préface.
Dr. || Contrat de commande, par lequel un auteur s'engage à créer une œuvre, puis à la livrer ou à en concéder quelques droits moyennant une rémunération.
2 (Dans des loc.). Demande, ordre ou obligation.
Sur commande : à la demande ou sur ordre. || Faire, réaliser qqch. sur commande ou spontanément.
4 (…) il a beau tenir bon, et protester qu'il n'écrira pas sur commande, il vit de sa plume (…)
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevsky », III, p. 217.
Par ext. Inspiré et conduit par qqn d'autre.
4.1 La grève est réglementée et s'accomplit sans colère, sans cette fureur qui emporte tout. Mais que vaut une révolte sur commande ?
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 66.
3 De commande. a Vx. Obligatoire, prescrit. || Fêtes, jeûnes de commande. Imposé.
5 L'hospitalité n'est point de commande aux musulmans envers les infidèles.
Voltaire, Charles XII, 6.
b Mod. Qui n'est pas sincère. Affecté, artificiel, feint, simulé. || Rire, sourire de commande. || Enthousiasme, zèle de commande. || Larmes de commande (→ Larmes de crocodile). || Douleur de commande (opposé à sincère).
6 La duègne, pour se conformer à la douleur de sa maîtresse, n'épargna pas les grimaces : elle laissa couler quelques pleurs de commande (…)
A. R. Lesage, le Diable boiteux, V, p. 63.
4 Dr. ecclés. Vx. En commande, se disait d'un bénéfice ecclésiastique accordé à vie, en dépôt, en garde.
———
II (De commander I., D.).
1 Mise en action; fait de commander (un mécanisme). || La commande d'une machine, d'un ascenseur. || La commande et la reprise. || Commande à distance. Télécommande. || Commande manuelle, mécanique, hydraulique, électrique, automatique. || Commande à programme.Organe, câble, levier, manette, système de commande (→ ci-dessous, 2. : une commande). || Organe de commande d'un dispositif d'asservissement. || Poste de commande.
2 (1494, « câble »). Par métonymie. a Cordage, câble d'amarrage.
b (1861). Organe capable de déclencher, d'arrêter, de régler des mécanismes.Commandes manuelles (bouton, clé, manettes), commandes au pied (pédale). || Commande des freins. Inform. || Clé permettant l'action externe d'un opérateur sur un calculateur. || Le pupitre de(s) commande(s). || Commande en boucle fermée, en chaîne ouverte… || Commande chronométrique, numérique. || Commande à programme. || Commande optimale. || Moteur à commande électrique. || Commande par excentrique.Aviat. || Commande de direction, de profondeur (→ Manche à balai). || Prendre les commandes. || Être aux commandes.Commande de vol (spécialt, pilotage assisté).Commandes croisées.Doubles commandes : duplication des organes de commande.
7 (…) je m'efforce (…) de débloquer mon palonnier gelé (…) Et je pèse de tout mon poids sur les commandes rigides.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, p. 57.
Loc. Tenir les commandes : diriger, avoir en main une affaire. Cf. Tenir la barre, le gouvernail. ☑ Passer les commandes (de qqch.) à qqn : confier la direction (de qqch.) à qqn.Reprendre les commandes (de qqch.) : assumer à nouveau la direction, la gestion de. || S'emparer des commandes, se mettre aux commandes.
8 — Empêcher les salauds de reprendre les commandes du pays, refuser de se commettre avec eux, ça nous regarde tous.
S. de Beauvoir, les Mandarins, p. 287.
(Levier, poste de commande, commande au sens II., 1.). ☑ Fig. S'emparer, disposer des leviers de commande (d'un pays, d'une affaire), avoir la haute main sur. || Se ménager l'accès au poste de commande, aux postes de commande.
9 Les technocrates sont aux leviers de commande. Les programmes des ordinateurs (…) ont une plus forte incidence sur l'évolution historique que n'importe quel programme électoral.
Jean-Louis Curtis, le Roseau pensant, p. 270.
Action d'un opérateur humain sur une machine. Instruction.
———
III Fig., rare. Direction, contrôle. || La commande des événements.
HOM. Commende.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • commande — Commande. s. f. Permission que le Pape accorde à un Ecclesiastique seculier de posseder un benefice, qui de sa nature est regulier. Il a obtenu la commande pour un tel benefice. le Pape a accordé la commande pour cette Abbaye. En commande. Façon… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • commandé — commandé, ée (ko man dé, dée) part. passé. 1°   Ordonné. Le meurtre des Guise commandé par Henri III. 2°   Qui est sous le commandement. Le régiment commandé par son colonel. Une expédition commandée par un chef habile.    Qui est de service. Un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • commandé — Commandé, [command]ée. part. Il a les significations de son verbe …   Dictionnaire de l'Académie française

  • commande — (ko man d ) s. f. 1°   Terme de commerce. Demande, pour une époque déterminée, d une certaine quantité d objets fabriqués, ou de marchandises. On lui a fait plusieurs commandes.    Ouvrage de commande, ouvrage fait sur l ordre exprès d une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Commande — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Commande », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Commande, dans le commerce, intention,… …   Wikipédia en Français

  • COMMANDE — s. f. Ordre donné à un fabricant, à un ouvrier de faire un certain ouvrage, qui doit ordinairement être achevé dans un temps prescrit. On lui a fait plusieurs commandes. Une bonne commande. Une commande très considérable. De fortes commandes. Une …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COMMANDE — n. f. Ordre donné à un fabricant, à un ouvrier, à un artiste de faire un certain ouvrage, ou à un marchand de faire une certaine livraison. On lui a fait plusieurs commandes. Une commande de draps. Livrer une commande. Carnet de commandes.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Commande AT — Commandes Hayes Pour les articles homonymes, voir AT et Hayes. Les Commandes Hayes, parfois appelées Commandes AT, constituent un langage de commandes développé à l origine pour le modem Hayes Smartmodem 300. Ce jeu de commandes s est ensuite… …   Wikipédia en Français

  • commande — I. COMMANDE. s. f. Il n est d usage qu en cette façon de parler adverbiale, De commande. Ainsi on dit: Ouvrage de commande, Bureau de commande, Meuble de commande, pour dire, Un ouvrage, un bureau, un meuble qu un ouvrier a fait exprès pour… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Commande LQ — En automatique, la Commande linéaire par optimisation quadratique dite commande LQ est une méthode qui permet de calculer le gain d une commande par retour d état. v · Électromagnétisme • Électricité • Électronique • Électrotechnique •… …   Wikipédia en Français